Rencontrez André Valleteau, coordonnateur de la recherche clinique chez LMC Manna Research, qui s’est récemment remis de COVID-19.

Alors que le monde fait face à la gravité du COVID-19, les chercheurs canadiens travaillent d’arrache-pied pour mettre au point de nouveaux traitements susceptibles de stopper le virus sur ses traces. L’importance et la nécessité de participer à la recherche clinique ne pourraient être plus fortes.

Notre mission est d’améliorer la santé des Canadiens grâce à la recherche clinique; c’est avec cela que nous sollicitons les gens de nos communautés à agir et à en apprendre davantage sur la façon de participer. Pour faire partie de l’effort mondial de lutte contre COVID-19, nous devons prendre le contrôle, et chez LMC Manna Research, nous voulons nous assurer que vous pouvez trouver cette opportunité de faire la différence.

Ci-dessous, Andre parle de sa récente expérience avec COVID-19 et de la façon dont il a utilisé son diagnostic pour apporter des changements concrets à la santé des Canadiens. Si vous souhaitez en savoir plus sur les opportunités de soutenir l’avancement de la recherche COVID-19, contactez-nous ci-dessous ou à research@lmcmanna.com.

 Suivez notre histoire sur: Global TV & CTV. Nous aimerions reconnaître les médias pour avoir partagé l’histoire d’André et pour montrer l’importance de la participation à la recherche clinique.

 

Parlez-moi un peu de votre expérience avec COVID-19.

J’ai découvert que j’étais au risque de contracter COVID-19 par le biais de Public Health Ontario (PHO). PHO m’a appelé il y a 4 semaines et m’a informé que j’étais en contact avec une personne ayant testée positive. Ils m’ont demandé si j’étais symptomatique et à ce moment-là, j’avais des symptômes mineurs.

Avant qu’ils ne m’appellent, je ne pensais vraiment pas aux symptômes que je ressentais. C’était un maux de gorge commun. Il est important de noter que mon exposition s’est produite, avant que COVID-19 ne soit considéré comme une pandémie. On savait peu de choses sur ce virus à cet instant. Donc, lorsque PHO à commencer à énumérer les symptômes de COVID-19, je ne me suis alors rendu compte que je pouvais avoir ce virus.

Je suis immédiatement allé à l’hôpital Sunnybrook pour me faire tester, je suis rentré chez moi et j’ai attendu les 24 heures les plus longues pour recevoir mes résultats. Pendant que j’attendais, j’ai dû compiler une liste de toutes les personnes avec qui j’avais interagit  dans les 24 heures avant le début de mes symptômes. Cela m’a amené dans le week-end précédent car c’était mardi. J’ai repensé aux restaurants, aux bars, aux événements sociaux, au travail et à tous les endroits que j’avais visités. J’ai ensuite dû appeler toutes les personnes avec qui j’avais eu une interaction proche (> 5 minutes). Ma liste d’impact était importante. Il était immédiatement compréhensible que les directives sur l’éloignement social soient si importantes et appliquées.

Le lendemain, j’ai reçu l’horrible nouvelle d’être positif pour COVID-19. La nature inconnue du virus, puis s’inquiéter de qui vous pourriez avoir transmis était écrasante. J’ai eu la chance d’avoir été diagnostiquée et isolée rapidement, minimisant ainsi la propagation. Mes symptômes étaient pour la plupart légers (fatigue, maux de la gorge, toux sèche, maux de tête) et je me suis rétabli en douceur, semblable à la grippe saisonnière.

J’ai dû subir un nouveau test deux fois, les deux résultats devant être négatifs, avant de pouvoir quitter l’auto-isolement. Malheureusement, PHO a manqué de tests et n’avaient pas de directive pour les personnes ayant testées positives et en isolement, sur la façon dont nous serions considérés comme «récupérés». Comme beaucoup d’autres, j’étais coincé dans l’isolement. Dans mon cas, parce que je travaille dans le secteur de la santé, il était impératif de me faire retester. J’ai finalement réussi à les faire tous les deux et j’étais négatif. Libre de COVID-19.

J’ai saisi cette circonstance inhabituelle comme une occasion de renouer avec des amis auxquels je n’ai pas parlé depuis des années, de créer des liens avec ceux qui vivent une expérience similaire à moi, de rester proche de la famille et d’apprendre de nouvelles façons de se sentir comme si c’était une journée normale. Les gens avec qui je parle et avec lesquels je ne parle pas régulièrement ont tendu la main et étaient extrêmement favorables, ce qui était incroyablement réconfortant. Bien que je sois plus isolé que jamais, j’étais aussi plus connecté avec les gens que d’habitude. J’ai passé mon 27e anniversaire dans l’isolement – j’ai eu de nombreux gâteaux livrés à ma porte que j’ai ensuite dû dévorer seul. Il y avait toujours des choses positives sur lesquelles je pouvais m’appuyer pour transformer cette expérience en quelque chose d’utile à long terme.

Comment avez-vous découvert l’essai de recherche?

Pendant mon auto-isolement, j’étais suivi à distance par un médecin de l’hôpital Sunnybrook. Elle m’a contacté par vidéoconférence pour s’assurer que mes symptômes ne s’aggravent pas. C’était une visite unique, mais j’avais ses coordonnées si j’avais besoin de la contacter pour quoi que ce soit.

Ma vaste expérience en recherche clinique est ce qui m’a incité à lui envoyer un courriel pour lui demander s’il y avait des opportunités de recherche sur COVID-19 pour moi de participer. Elle n’en avait pas connaissance mais m’a informé qu’elle regarderait autour d’elle. Elle a personnellement contacté d’autres réseaux hospitaliers, à quel point elle a pu me mettre en contact avec le Dr. Mario Ostrowski à l’hôpital St. Michael’s qui menait un essai de recherche.

Qu’est-ce qui vous a motivé à participer?

Je veux être utile de toutes les manières possibles et faire une différence dans cette pandémie à l’échelle mondiale. Les contributions à la recherche seraient bénéfiques non seulement pour nos voisins ou les personnes au sein de la même communauté, mais pour le monde entier. Cette crise ne disparaîtra pas sans agir et ce fut l’occasion de reprendre une partie de ce contrôle.

Parlez-moi un peu de l’étude.

Pour commencer, je suis l’un des premiers volontaires pour cette étude. Je suis le patient n ° 3. L’étude implique une procédure appelée leucaphérèse dans laquelle le sang est collecté, des cellules immunitaires spécifiques sont séparées et stockées, puis le sang est retourné au patient. Donc, quand je suis entré, ils ont inséré deux cathéters, l’un pour le retour de sang et l’autre pour les prélèvements sanguins. Cette procédure permet aux chercheurs d’étudier les cellules immunitaires actives contre COVID-19 et potentiellement d’identifier des molécules candidates pour une thérapie antivirale (vaccin). Ce n’est qu’une seule visite où la procédure est terminée, mais c’est un nouvel essai, donc je peux imaginer qu’il pourrait y avoir plus de visites de suivi à l’avenir.

Je participe également à une autre étude à l’Hôpital Sunnybrook pour donner un aperçu d’une application pour aider à suivre, surveiller et traiter les patients positifs pour COVID-19. Il est basé sur des expériences individuelles, où ils appliquent la logique du développement d’une application pour suivre les symptômes associés.

Avez-vous eu des inquiétudes concernant le procès?

Pas particulièrement, à part le fait de ne pas être un grand fan d’aiguilles, bien que je pense que la plupart seraient d’accord avec moi sur ce point. Tant que cela facilite la recherche sur COVID-19, j’y suis.

Quelques mots à partager avec ceux qui envisagent de participer à la recherche pour COVID-19?

COVID-19 a mis le monde entier dans un bus qui tourne en rond. Si vous pouvez prendre le volant même juste une seconde et le diriger dans la bonne direction, profitez-en pour aider de toutes manières possibles. C’est le moment de regarder à ce qui peut être fait plutôt que de regarder uniquement ce qui aurait dû être fait. COVID-19 a prouvé que tout le monde peut avoir un impact important et que nous faisons tous partie de la même équipe. La recherche est une façon de faire la différence!

Si vous êtes comme André et que vous souhaitez en savoir plus sur les opportunités de recherche pour faire avancer la recherche sur COVID-19, veuillez nous contacter ci-dessous ou à research@lmcmanna.com.